Appelez-nous au 02 96 92 09 85

Accueil > Blog > Astuces > Comment éviter le gel dans une serre de jardin ?

Comment éviter le gel dans une serre de jardin ?

éviter le gel dans une serre de jardin

par Antoine de France Serres

Le

- Mis à jour le

Une serre est un excellent moyen d’hiverner les plantes et de les abriter du gel. Comment garder la chaleur dans une serre sans investir dans un couteux chauffage ?

Si une serre permet d’offrir des conditions de température idéales en journée, elle est bien incapable de retenir la nuit cette chaleur.

L’hiver, conserver la température de la serre au-dessus du point de congélation peut donc être un défi, surtout dans les régions aux hivers rigoureux.

Abriter la serre du froid

Quelques précautions élémentaires permettent de protéger une serre du froid et de la mettre hors gel.

conséquences du gel dans une serre de jardin
Conséquences du gel sur les plantes d’une serre de jardin

Éviter les points bas

Première précaution pour limiter le risque de gel : offrir le meilleur emplacement à votre serre.

Si vous disposez d’un grand jardin avec de fortes différences de niveau, voire carrément vallonné, commencez par éviter les points bas où le froid aura tendance à stagner. De telles poches de froid peuvent être 2 ou 3 degrés plus froides qu’ailleurs dans votre jardin ; privilégiez donc toujours un endroit surélevé, si possible abrité du vent.

Faire attention aux vents dominants

Le vent est l’ennemi numéro un des serres en matière de température, plus encore lorsque celui-ci vient du nord. Pour en réduire l’impact, utilisez une haie, des arbres hauts ou un pan de mur comme brise-vent.

Utiliser des buttes de culture ou des plates-bandes

Des buttes de culture se réchauffent plus vite et restent chaudes plus longtemps qu’un sol plat. Bien sûr, mettre en œuvre de telles buttes sous serre est plus facile à dire qu’à faire.

Aménager des planches de culture surélevées est un moyen plus simple et presqu’aussi efficace qu’une butte pour limiter la déperdition de chaleur du sol.

L’eau a également tendance à moins stagner sur planches de culture, limitant encore le risque de gel en hiver et la probabilité de condensation sur les parois de la serre.

planches de culture sous serre
Des planches de culture offrent quelques avantages face au gel

Bien isoler la serre

Certains types de serre sont plus efficaces en matière d’isolation. Les serres polycarbonate sont ainsi nettement meilleures que celles en verre ou que les serres tunnel. Malgré tout, quel que soit le modèle de serre, vous pouvez améliorer son isolation thermique de façon à la protéger du gel.

Réparer une serre de jardin est par exemple un préalable indispensable pour l’empêcher de se refroidir trop vite.

Êtes-vous certain que votre serre n’est pas endommagée ? Commencez par colmater le moindre trou dans la bâche de votre serre tunnel (un simple bout de ruban de scotch adhésif peut suffire) ou remplacez la bâche. Changez tout panneau polycarbonate cassé ou fissuré.

1) Isolation d’une serre polycarbonate

Vous disposez d’une serre polycarbonate ? La qualité d’isolation ne sera pas la même selon qu’elle est équipée de panneaux alvéolaires simples (10mm) ou de doubles panneaux (16mm). Si vous résidez dans une région froide, remplacez impérativement les panneaux simple vitrage par des plaques de polycarbonate à double ou triple parois. Ce double ou triple vitrage emprisonne l’air entre deux couches de polycarbonate et renforce considérablement le pouvoir d’isolation de votre « serre poly ».

2) Isolation d’une serre tunnel

Une serre tunnel n’est constituée que d’un simple film plastique en polyéthylène. Sa capacité d’isolation et sa propension à retenir la chaleur est donc très faible, quelques heures suffiront avant que la température intérieure s’approche de celle qui règne à l’extérieur.

Deux moyens simples d’isoler une serre tunnel :

Il existe des écran thermiques constitués de polyester et de bandes d’aluminium tissés. Mais ceux-là sont réservés aux professionnels et coûtent relativement cher. Une autre alternative consiste à utiliser des matériaux à la portée de tous.

1) Mettre du papier bulle

Positionner du papier bulle à l’intérieur de la serre tunnel ajoute une isolation supplémentaire. C’est une solution facile et efficace, qui va agir comme un double vitrage.

Seule précaution : évitez le papier bulle d’emballage et préférez les rouleaux de film à grosses bulles. De type professionnel, ces derniers assurent une bien meilleure isolation en stockant davantage d’air.

2) Mettre du papier d’aluminium

Une grande partie de la chaleur s’échappera de la serre par le haut. Pour bloquer cette déperdition, surtout s’il fait très froid, certains jardiniers recommandent de disposer du papier d’aluminium au niveau du toit. Cette couverture en alu va réfléchir l’énergie thermique rayonnée plutôt que de la laisser s’échapper. C’est ce même principe qui est utilisé dans les bouteilles thermos.

Plus efficace encore et surtout plus résistant que du papier d’aluminium : une couverture de survie.

isolation d'une serre avec du papier bulle
Le papier bulle est un excellent isolant de serre tunnel
isolation d'une serre avec une couverture de survie
Une couverture de survie peut très bien servir d’isolant sous serre

Réchauffer la serre au moyen d’une masse thermique

Une masse thermique ou « puit de chaleur » absorbe la chaleur pendant la journée et la restitue lentement la nuit. C’est le principe même d’une serre bioclimatique. Chaque serre contient intrinsèquement une certaine masse thermique : dans le matériau de sa structure, mais aussi dans le sol sur lequel elle est posée et les plantes elles-mêmes. Sauf que ces masses thermiques sont extrêmement faibles et donc insuffisantes pour réchauffer l’intérieur de la serre.

Il est donc impératif d’utiliser une masse thermique plus importante.

Choix du matériau servant de masse thermique

Tous les matériaux absorbent et stockent la chaleur, mais certains sont nettement plus efficaces pour capter et conserver cette chaleur. Cette « capacité thermique » est déterminée par le matériau dont est constituée la masse thermique, sa masse et sa densité.

La plupart des matériaux massifs, comme la pierre ou le béton, sont efficaces parce qu’ils sont denses. Une serre adossée à un mur bien exposé au soleil profitera de la masse thermique du mur et à la chaleur que celui-ci restituera la nuit.

Le risque de gel est plus limité dans une serre adossée que dans une serre située en plein milieu du potager.

Réservoirs d’eau type baril (fût)

L’eau est bon marché et possède la plus grande capacité thermique par volume de tous les matériaux facilement disponibles.

Les barils remplis d’eau sont une méthode ancienne et peu coûteuse, largement utilisée par de nombreux jardiniers pour réguler les écarts de température sous serre.

Ils peuvent être achetés en jardinerie pour les barils en plastique, ou récupérés auprès d’entreprises du BTP ou de transport pour les tonneaux ou les fûts en métal de 200 ou 225 litres.

bidon et baril servant de masse thermique dans une serre
Un bidon ou un baril remplit d’eau est une « masse thermique » efficace pour maintenir une température positive sous serre

Quelques conseils de choix et d’utilisation des barils :

  • Les barils en métal sont sujets à la rouille et ont donc une durée de vie plus courte. Évitez de les placer sur un sol humide ou pensez à les isoler à l’aide de planches de bois ou du polystyrène.
  • Si les barils sont de couleur claire, peignez-les d’une teinte foncée tel que le noir, le bleu ou le rouge. Une couleur sombre absorbera plus de chaleur.
  • Ne remplissez pas entièrement le baril d’eau. En se réchauffant, l’eau se dilatera et risque d’inonder votre serre. À l’inverse s’il gèle, la glace pourrait faire éclater votre fût.
  • Anticipez à l’avance où vous positionnerez le ou les barils dans la serre. Si vous les posez dans un coin, il y a peu de chance que la faible chaleur qu’ils diffuseront contribue à suffisamment réchauffer vos cultures.
  • Faites en sorte que les barils soient directement éclairés par le soleil en journée. S’ils peuvent avoir une certaine efficacité par temps couvert, ils seront toujours plus performants en bénéficiant d’une bonne exposition.
  • Plusieurs barils empilés sont plus efficaces qu’un seul, certains jardiniers n’hésitent pas à constituer un véritable mur d’eau (veillez à bien sécuriser votre installation, un accident est vite arrivé).

Autres moyens d’éviter le gel sous serre

Il existe de nombreux autres moyens d’éviter le gel dans votre serre sans avoir recours à un chauffage électrique.

Ci-dessous quelques sources de chaleur astucieuses et autres protections pour vos plantes sensibles au froid.

1) Bougies et pots de fleur

De simples bougies peuvent faire grimper la température de quelques degrés. Pour plus d’efficacité, l’astuce consiste à les recouvrir d’un pot de fleur à l’envers. La terre cuite emmagasinera la chaleur et augmentera le pouvoir chauffant des bougies.

chauffage d'une serre avec des bougies
Des bougies et un simple pot en terre cuite feront un bon petit chauffage d’appoint dans votre serre

2) Du paillage en couverture

Un sol couvert de paillis se refroidit moins vite qu’un sol nu. Il y a aussi très peu de risque que les racines de vos plants gèlent avec une couverture de type paille.

paillage en couverture sous serre l'hiver
Le paillage est une protection parfaite contre le gel

3) Du compost

Si vous réalisez votre propre compost, vous l’avez sans doute remarqué : sa dégradation dégage de la chaleur. Pourquoi ne pas utiliser cette chaleur pour réchauffer votre serre ?

du compost permet de réchauffer une serre
Mettre le bac à compost dans la serre permet de réchauffer cette dernière

4) Un voile d’hivernage

Très commun, le voile d’hivernage est une solution simple et économique pour protéger les arbustes.

voile d'hivernage sous serre
Le voile d’hivernage peut très bien être utilisé sous serre

Conclusion

Il y a de nombreux moyens d’éviter le gel dans une serre de jardin. Une bonne isolation, une serre en bon état, et quelques astuces pour limiter son refroidissement devraient permettre de faire face à l’hiver. Combiner plusieurs approches donne généralement les meilleurs résultats. Pour des cultures de plantes très frileuses, ou si vous résidez dans une région particulièrement froide, un chauffage pourrait s’avérer indispensable.

À ne pas manquer :

Vous avez aimé cet article ?

Laisser un commentaire

inscription newsletter

Soyez le premier informé

Recevez notre lettre d'information* une fois par mois sans engagement.

*Désinscription possible à tout moment