Appelez-nous au 02 96 92 09 85

Accueil > Blog > Culture sous serre > Comment bien tuteurer les tomates ?

Comment bien tuteurer les tomates ?

conseils tuteurage des tomates

par Antoine de France Serres

Le

- Mis à jour le

Le tuteurage est l’une des tâches essentielles de la culture de tomates. Quel est l’intérêt des tuteurs ? Quels sont les différents systèmes d’accroche et les bons matériaux pour attacher les pieds de tomates ? Nos conseils pour correctement tuteurer des plants de tomates.

Cet article est un complément de notre guide sur la culture de tomates.

Les pieds de tomates n’ont pas besoin d’un entretien très compliqué. Malgré tout, certaines tâches s’avèrent indispensables pour faciliter la culture, optimiser les rendements et éviter certains problèmes. C’est le cas du tuteurage.

Qu’est-ce que le tuteurage ?

Le tuteurage consiste à soutenir une plante au moyen de structures verticales afin de favoriser sa croissance. Les tomates, les concombres et d’autres fruits et légumes ont besoin d’un soutien supplémentaire pour pousser correctement.

Pourquoi tuteurer les tomates ?

Les tomates sont une variété à croissance haute, pouvant atteindre une taille de 2,5m, voire plus pour certaines variétés de tomates cerise. Leur tige souple ne permet pas de les maintenir debout toutes seules, et comme il ne s’agit pas d’une plante grimpante, elles sont incapables de s’accrocher d’elles-mêmes à un support naturel et ont donc besoin d’être guidées.

Lorsque les plants de tomates arrivent à maturité, le poids des fruits peut en outre endommager les branches et entraîner leur rupture. Cette surcharge peut simplement faire plier l’ensemble du plant de tomate, jusqu’à le faire toucher le sol. Or, si les tomates ou le feuillage touchent terre, cela peut rendre les fruits plus vulnérables aux pourritures et multiplier le risque de maladies sur les feuilles comme le mildiou, un champignon transmis par le sol.

pied de tomate cassé
Sans tuteur, le pied de tomates pourrait rompre sous le poids des fruits

En plus de protéger des maladies, le fait de tuteurer les tomates offre bien d’autres avantages :

  1. Cela permet une meilleure circulation d’air et un meilleur ensoleillement des tomates. Bonne ventilation et chaleur permettent aux fruits de mûrir plus rapidement et de façon plus uniforme.
  2. Attacher les tomates libère de l’espace et permet de faciliter les tâches courantes : arrosage, désherbage et récolte.
  3. Des tomates plus grosses : avec plus d’espace pour pousser, les tomates tuteurées sont généralement plus nombreuses et plus grosses.
  4. Moindre risque de limaces et d’escargots : accrocher les plants de tomates évite que les branches touchent le sol. Les rampants auront ainsi plus de difficulté à se hisser jusqu’aux fruits.

Les différentes méthodes d’accroche des tomates

1. Simples piquets

Cette méthode de tuteurage avec piquets est sans doute la plus simple et la plus rapide à mettre en place.

  1. Plantez le tuteur dans le sol à quelques centimètres du plant de tomate.
  2. Lorsque le plant a atteint une hauteur d’environ 30 cm, attachez le plant au tuteur en positionnant le lien d’attache sous la base des feuilles.
  3. Ajoutez des attaches tous les 15 à 30 cm environ, au fur et à mesure de la croissance du pied de tomate
plantation tomate tuteur
Veillez à planter le tuteur avant les tomates, vous éviterez ainsi d’abimer leurs racines

Variante du double piquetage :

Certaines variétés de tomates ont besoin de davantage de support. Plutôt qu’un seul tuteur, placez deux tuteurs de part et d’autre et attachez-y la tige principale comme expliqué précédemment. Prévoyez un espace plus important entre chaque pied pour faciliter l’arrosage et favoriser une bonne circulation d’air.

Matériaux du tuteur :

  • Tuteur métallique droit
    Un tuteur métallique offre l’avantage de pouvoir être utilisé de très nombreuses années. Il devra cependant être soigneusement nettoyé avant chaque utilisation pour éviter la transmission de maladies aux jeunes plants de tomates.
  • Tuteur en acier spirale
    L’avantage des tuteurs en acier et en forme de spirale est que vous n’aurez pas besoin d’utiliser de liens pour y fixer le pied de tomate. Il suffira d’enrouler délicatement la tige de la tomate au tuteur au fur et à mesure de sa croissance.
  • Tuteur en bois (bambou ou autre)
    Les tuteurs en bois ont une durée de vie plus courte que le métal. Ils sont en revanche faciles et rapides à mettre en place et sont très peu coûteux. Une canne en bambou peut très bien faire office de support. Veillez juste à suffisamment enterrer la base de la canne dans le sol. Et si vous ne disposez pas de tige de bois assez épaisses et solides, utilisez-en quatre en les disposant de part et d’autre du plant de tomate à égale distance.
piquet tuteur tomate
Le piquet en acier spiralé est le type de tuteur le plus utilisé pour les tomates
tuteur à tomate en bambou
Tuteur à tomates en bambou

2. Palissage

Le palissage consiste à conduire les tomates au moyen d’une ficelle. Employer cette technique de support à la place des traditionnels piquets évite d’avoir à attacher les tomates à leur support. Vous n’aurez qu’à enrouler chaque tige de tomate autour de sa ficelle respective.

  1. Enterrez la ficelle avec la motte des tomates. Les racines s’y accrocheront et permettront de bien ancrer la ficelle au sol. Si vous fixez la ficelle à la base du pied directement sur la tige, la ficelle risque de blesser voir couper votre plant de tomate au premier coup de vent.
  2. Attachez la ficelle en hauteur à la verticale du pied de tomate. Ce support d’accroche peut être une potence, une barre horizontale ou plus simplement le toit de votre serre de jardin.
  3. Enroulez délicatement la tige autour de la ficelle une fois que la plante a atteint environ 45 cm de haut.
  4. Au fur et à mesure de la croissance du pied de tomate, continuez d’enroulez la ficelle autour de la plante pour soutenir sa croissance.
ficelle d'accroche pour tomate
Le palissage des tomates doit se faire avec délicatesse

Quel type de ficelle utiliser pour palisser les tomates ?

Utilisez des matériaux solides et résistants comme le coton ou mieux encore des matériaux rapidement biodégradables comme le chanvre, le sisal ou la fibre de coco tressée. Ceux-ci ont certes une durée de vie limitée, généralement pas plus d’une saison, mais ils pourront être utilisés ensuite comme compost.

Éviter le nylon type fil de pêche qui risquerait d’endommager la plante.

détail d'un fil d'attache de tuteur de tomate
Le fil de chanvre est écologique et très facile d’utilisation pour accrocher les tomates sur leurs tuteurs

Dans quel sens enrouler les tiges des tomates ?

Le sens d’enroulement peut paraître anodin. Pourtant, étant dans l’hémisphère nord vous devrez enrouler vos plants de tomates dans le sens des aiguilles d’une montre. Si vous procédez en sens inverse, les tomates ne s’enrouleront pas correctement et s’écarteront du tuteur. Les jardiniers situés dans l’hémisphère sud devront faire le contraire.

3. Cage en acier

Les cages sont un autre moyen fréquent pour soutenir les pieds de tomates de type « déterminé », celles qui ne poussent pas trop haut et ont la forme d’un buisson.

C’est sans doute l’option la plus simple et la moins exigeante, puisque cette méthode n’implique pas de devoir accrocher les tomates au tuteur constitué par la cage. Laissez s’appuyer les branches des tomates directement sur le cadre de la cage.

Ces cages, généralement en acier galvanisé, sont composées de 3 ou 4 pieds auxquels sont soudés un certain nombre d’anneaux pour former une cage.

Investissez dans des cages de qualité, suffisamment résistantes, plutôt que dans des cages fragiles et bon marché. Préférez les modèles faciles à empiler pour un moindre encombrement hors saison.

cage tuteur tomate
Les cages à tomates sont faciles à mettre en place et ne nécessitent aucune attache
cage carrée pour pied de tomate
Variante de cage à tomates carrée

Comment installer les cages autour des tomates ?

  1. Lorsque le pied de tomate mesure entre 10 et 30 cm, enfoncez la cage dans le sol en positionnant le pied de tomate bien au centre.
  2. Repliez de temps en temps les branches qui dépassent de la cage vers l’intérieur.
  3. (éventuellement) En cas d’affaissement de la tige principale, placer un tuteur de type piquet en acier spirale au centre de la cage.

Il peut être difficile de se procurer des cages de tomates robustes, aux bonnes dimensions et surtout à moindre prix. Si vous êtes un peu bricoleur, pourquoi ne pas fabriquer les vôtres ?

Avec quels matériaux attacher vos tomates ?

Bien que cela puisse sembler insignifiant, le matériau que vous utiliserez pour attacher vos tomates aux tuteurs est important et peut avoir un impact non négligeable sur leur croissance.

Si les attaches sont trop rigides, elles peuvent couper la tige, endommager les branches et les fruits et faciliter l’apparition des maladies.

À l’inverse, si les liens sont trop lâches ou trop fins, ils ne supporteront pas suffisamment les tomates et risquent de casser.

  • Fil de sisal, de chanvre ou de coton. Ce type de liens très bon marché conviendra parfaitement. Il permet aux plantes de bouger librement. Il offre aussi l’avantage d’être compostables pour le sisal ou le chanvre, et ne risquent donc pas de polluer le sol de votre potager pendant des décennies comme le plastique. Si vous optez pour du coton biologique c’est encore mieux !
  • Tissu ou collant. Le tissu et les collants usagés sont des matériaux extensibles, bien adaptés pour fixer les pieds aux tuteurs. Ils permettront aux branches de bouger librement.
  • Pinces ou clips à tuteurer. Il existe des clips de tuteurage spécialement prévus à cet effet et qui vous faciliteront la vie si vous n’êtes pas très doué pour confectionner des nœuds. Généralement en matière plastique, ils sont suffisamment large pour permettre aux tiges de tomates de bouger sans les blesser.
  • Attaches velcro. Très pratiques, les accroches velcro ne sont malheureusement pas la méthode la plus écologique ou naturelle d’accrocher vos pieds de tomates.
clip d'accroche pour tomate
Les clips spécialement destinés au tuteurage des tomates sont pratiques et ne blesseront pas la plante

Le tuteurage des tomates sous serre

Sous serre, l’espace de culture est plus limité qu’à l’air libre. Il sera difficile de mettre en œuvre des cages pour tomates.

La méthode de tuteurage la plus courante sous serre reste le palissage (lire plus haut), qui consiste à enrouler les tomates sur des ficelles directement attachées au faîtage de la serre (cas des serres polycarbonate). Vous pouvez aussi relier les ficelles au fil Deltane de votre serre tunnel si celle-ci en est pourvue (pour mémoire, le fil Deltane permet de préserver la bâche du vent et d’augmenter ainsi sa durée de vie).

Vous pourrez ainsi rapprocher les plants les uns des autres et laisser de la place pour d’autres variétés, voire pour des plantes compagnes de la tomate comme l’œillet d’Inde ou le basilic.

Une fois la culture de vos tomates sous serre terminée, les ficelles pourront ensuite être enlevées et rangées jusqu’à la prochaine saison de culture.

accrochage de pieds de tomate sous serre de jardin
Sous serre de jardin, palisser les tomates à des ficelles est un jeu d’enfants !
détail ficelle tomate sous serre
Si vous craignez que les tiges ne s’enroulent pas correctement aux ficelles, utilisez des anneaux de maintien

Cinq erreurs de tuteurage à éviter

Bien que le travail de tuteurage reste une tâche simple, il faut tout de même veiller à éviter les erreurs suivantes.

  1. Installer le tuteur trop tard. Veillez à positionner le support avant la plantation ou au moment de celle-ci. Si vous l’ajouter trop tardivement, et que les pieds de tomates se sont déjà bien développés, vous risquez d’endommager les racines des plantes.
  2. Ne pas laisser assez d’espace. Si vous attachez trop fermement les tomates aux tuteurs, vous endommagerez les tiges et risquez d’empêcher la sève de circuler.
  3. Tuteurer avec les mains sales. Assurez-vous d’avoir les mains propres avant de manipuler les plants de tomates. Vous éviterez de propager d’éventuels spores de champignons. Si vous fumez soyez d’autant plus vigilant. Les tomates n’aiment pas la nicotine et les zones touchées peuvent devenir des sites d’infection.
  4. Ne pas faire attention aux parties les plus fragiles. N’attachez pas les extrémités des branches, qui sont les plus susceptibles de se casser.
  5. Attacher les tomates lorsqu’elles sont mouillées. N’attachez pas les plants si le feuillage est humide. Cela peut favoriser les maladies.
erreur de tuteurage des tomates
Les liens servant à accrocher le pied de tomate au tuteur ne doivent ni être trop fins, ni trop serrer la tige

À ne pas manquer :

Vous avez aimé cet article ?

Article suivant

La luminosité sous serre

Laisser un commentaire

inscription newsletter

Soyez le premier informé

Recevez notre lettre d'information* une fois par mois sans engagement.

*Désinscription possible à tout moment