Conserver ses aliments - 2ème partie

Bienvenu dans la suite de notre article sur la conservation des aliments. Comme vous allez le découvrir, il existe bien d'autres méthodes pour garder le plus longtemps possible nos cultures, acquise à la sueur de notre front. Et on vous a même réservé une surprise pour la fin.

Stocker dans une cave

Une cave, même si elle présente un taux d’humidité qui peut être un peu plus élevé, peut être intéressant à exploiter comme lieu de stockage.

Les choux se conserveront assez bien dans les conditions d’une cave. Les pommes et les poires également. Pensez à bien séparer les deux cependant. Les pommes ont tendance à faire mûrir prématurément les cultures avec lesquelles elles sont disposées.

Conserver au frigo

Vous n’êtes pas sans le savoir, mais votre réfrigérateur dispose d’un bac à légumes qui, pour certains d’entre nous, se transforme parfois en bac à fromage. Ce bac a une température qui se situe entre 8 et 10 °C.

Vous pouvez normalement conserver vos légumes à cet endroit entre 4 et 5 jours.        

Il y a-t-il des éléments qui ne vont pas dans le réfrigérateur ?

Oui, il existe de nombreux fruits et légumes qui n’ont pas besoin d’être placés au réfrigérateur…

Les pommes, poires, fraises, melons ne se conservent pas au frigo, mais à l’air ambiant.

Évidemment quand, par exemple, vos fraises commencent à s’abîmer, vous pouvez les stocker au frigo pour essayer de les conserver un petit peu plus longtemps.

Les courges, en général, se conservent également à température ambiante. En les ramassant à maturité, vous leur donnerez le maximum de chance de se conserver longtemps.

Les oignons, l’ail, l’échalote se gardent dans un endroit frais… Et sec. On oublie donc le frigo.

Les pommes de terre ont également besoin d’un endroit frais et sec. Mais vous devez également les placer à l’abri de la lumière.

Les cas particuliers à présent : les tomates, les concombres et les aubergines.
- Vous pouvez tout à fait stocker vos tomates dans le réfrigérateur. Mais sachez qu’elles perdront de leur saveur. Stockez vos récoltes à l’air ambiant dans une cagette si vous voulez conserver le goût de vos tomates.
- Concernant les concombres et les aubergines, ils flétriront plus vite au réfrigérateur.

Conserver en silo

Aujourd’hui nous sommes heureux de pouvoir conserver nos aliments dans un réfrigérateur et/ou un congélateur. Mais nous pouvons également nous inspirer de techniques plus anciennes de conservations d'aliments.

Les légumes "racines" tels que navets, carottes, pommes de terre, choux se conservent parfaitement avec cette méthode.

Dès qu’il commence à faire frais, fin novembre - début décembre, vous pouvez songer à utiliser la technique de l’ensilage. Cette technique se réalise en intérieur ou en extérieur, du moment qu’il fasse frais.

Le silo en extérieur

En extérieur, dans votre jardin, vous creuserez un trou peu profond, d'environ 1m, pour entreposer vos légumes. Recouvrez de paille et de terre. L’humidité étant néfaste à vos légumes, prévoyez une couche suffisamment épaisse dans le fond. 15 à 20cm devraient être suffisants pour constituer un premier matelas.

Si votre terre est trop humide, vous devrez travailler au-dessus du sol. Creusez également une petite rigole pour l’évacuation de l’eau.

Disposez vos légumes, faites attention à laisser un peu d’espace entre eux. Vous pouvez faire plusieurs couches de légumes en prenant soin de remettre un matelas de paille entre chaque. Ajouter de la terre pour maintenir la paille en place.

Le sommet de votre silo doit être ventilé aussi souvent que possible. S'il n'y a pas d'air à passer, vous perdrez vos aliments. S'il pleut, pensez à bâcher pour limiter le taux d'humidité dans votre silo.

Vous comprenez donc que la taille de votre silo va dépendre de la quantité de légumes que vous souhaitez y entreposer.

La terre et la paille ont pour but de protéger vos récoltes du froid, de l’humidité et des rongeurs.

Lorsque l’on pratique l’ensilage, il est important d’anticiper ses besoins puisqu’aller chercher ses légumes peut prendre du temps.

Le silo en intérieur

La méthode du silo en intérieur est un peu moins complexe et chronophage à mettre en place.

Vous avec besoin d’un récipient suffisamment grand, un tonneau, une grande poubelle, dédiée à cela, cela va sans dire…

Vous allez pouvoir placer vos légumes dans votre tonneau en les mélangeant à du sable légèrement humidifié. L’humidification du sable vise à limiter le dessèchement de vos légumes. N’hésitez pas à faire plusieurs étages.

Veillez cependant à ce qu’il ne fasse pas trop chaud dans votre cave, sinon la conservation de vos légumes sera moins efficace.

Conserver à l’air libre

Un garage ou un grenier peuvent présenter les conditions idéales pour stocker certaines de vos cultures. Oignons, ail, échalotes, tomates, courges seront tout à fait à l’aise dans une cagette.

Les pommes de terre, à l’abri de la lumière, seront également très bien dans cet environnement.

La congélation

La congélation est une méthode particulièrement simple pour conserver un grand nombre de légumes tout en préservant leur goût et leurs qualités nutritionnelles.

Les haricots verts, petit pois, épinard, courgettes, aubergines… peuvent se congeler soit crus, soit cuits sous forme de ratatouilles, de potages ou de plats cuisinés.

Dans l’idéal, les légumes que vous souhaitez congeler doivent être frais et en bonne santé. Privilégiez la consommation immédiate des légumes légèrement abîmés ou blessés.

Épluchez, puis lavez vos récoltes avant de les blanchir, par petites quantités, dans de l'eau bouillante. Quelques minutes suffisent. Ils garderont ainsi leur fermeté, leur goût et leur couleur.

Égouttez et séchez vos légumes avant de les congeler.

Transformez vos cultures

La dernière solution est également une des plus évidentes. Il faut transformer vos aliments.

Faites des confitures, des coulis, des glaces, des compotes. Vous pourrez stockez plus facilement vos récoltes une fois transformées.

Faire des confitures

Pour faire votre confiture, vous aurez besoin :
-D’une balance pour connaître les quantités avec précision
-D’une petite marmite ou d’une bassine en cuivre selon la quantité de fruits dont vous disposez et de confiture que vous souhaitez faire
-D’une cuillère en bois pour remuer la confiture
-D’une écumoire pour retirer l'écume de la confiture.
-D’une louche pour transvaser la confiture dans les pots
-De pots et de couvercles stérilisés, si vous ne vous souvenez pas comment stériliser un pot retrouvez la première partie de notre article.

Dans un premier temps, sélectionnez vos fruits et lavez-les. Selon les fruits que vous choisirez pour votre confiture, équeutez, dénoyautez et coupez-les en morceaux. Ensuite, il vous faudra peser le sucre. On considère que pour 1 kg de fruits, il vous faudra 800 g de sucre.

Faites chauffer à feu vif, de 20 à 45 minutes selon les fruits que vous utilisez pour votre confiture. Ne mettez pas de couvercle, et remuez souvent de manière à éviter que votre confiture ne crame dans le fond de votre marmite. Utilisez l’écumoire pour enlever l’écume qui se forme, elle n’a aucun intérêt gustatif.

Si tout se passe bien vous aurez une confiture à la texture parfaites. Mais que faire si votre confiture est trop épaisse, ou trop liquide ?
- Si elle est trop liquide, vous pouvez laisser cuire encore quelques minutes. Si vous craignez qu’elle crame, rajoutez de l’agar-agar.
- Si elle est trop épaisse, rajoutez un jus de citron, ou de l’eau bouillante.

Transvasez le contenu, encore chaud, de votre marmite dans vos pots. Rebouchez-les et retournez les pots au fur et à mesure que vous les remplissez. Laissez-les ainsi 15-20 minutes. Pensez à indiquer sur une étiquette, la date de création de votre confiture et le fruit utilisé.

Pour conclure notre recette de la confiture, voici quelques conseils supplémentaires.
- Conseil n°1 : ajoutez de la pectine à votre préparation afin de faciliter la prise de la confiture. Mais où peut-on trouver de la pectine ? Dans le jus de pomme !
- Conseil 2 : laissez macérer vos fruits une nuit dans le sucre. Cela relèvera le goût de votre confiture.
- Conseil 3 : ajoutez le jus d’un demi-citron pour favoriser la conservation de votre confiture.
- Conseil 4 : vous possédez un thermomètre de cuisine ? À 105 °C, votre confiture est cuite.

Faire un sorbet à la fraise

Pour faire un sorbet à la fraise, il vous faut des fraises, de l’eau, du sucre et du jus de citron.

Voici les quantités :
-80 ml d'eau
-65 g de sucre
-450 g de fraises fraiches
-1 cuillère à soupe de jus de citron

Commencer par sélectionner vos fraises, les laver et les équeuter. Faites ensuite un coulis avec vos fraises en les mixant dans un blender. Une fois en purée, ajoutez le jus d’un demi-citron.

Parallèlement, faites un sirop en mélangeant l’eau et le sucre. Mélangez à feu doux en remuant constamment. Une fois à ébullition, laissez cuire pendant 1 minute. Retirez du feu, et attendez que le sirop refroidisse complètement.

Quand votre coulis est prêt, versez-le dans un contenant hermétique que vous pourrez placer au congélateur. Puis ajoutez le sirop refroidi et mélangez. Placez votre boîte au congélateur. Ensuite, deux techniques s’offrent à vous.

La première, laissez votre contenant 3h au congélateur. À la fin de ce temps, repassez votre sorbet au blender, pour casser les cristaux de glace qui se sont formés. Vous devrez probablement laisser fondre un peu votre sorbet pour faciliter cette étape.

La seconde option consiste à mélanger vous-même votre sorbet toutes les 25 minutes, pendant 3 heures, avec un fouet, une fourchette, toujours dans l’optique de briser les cristaux de glace qui se sont formés.

Conclusion

Après ces deux articles, vous êtes fin prêt à garder vos aliments le plus longtemps possible. Vous connaissez un grand nombre de techniques, que ce soit par la chaleur ou par le froid, pour conserver et vous nourrir grâce vos cultures. Ne reste plus qu'à produire assez pour tenir toute l'année ! Vous connaissez d'autres méthodes ? Vous avez testé nos recettes ? Faites-nous part de vos commentaires et/ou de vos techniques ci-dessous.

Ne ratez aucun article
Abonnez-vous à la newsletter !